Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal

Skip Navigation LinksShip-recycling Le recyclage des navires sûre et écologiquement rationnelle au Bangladesh – Phase I

Skip Navigation LinksIMO / French / Ce que nous faisons / Milieu marin / Grands projets / Le recyclage des navires sûre et écologiquement rationnelle au Bangladesh – Phase I

Le recyclage des navires sûre et écologiquement rationnelle au Bangladesh – Phase I

 

L'Organisation Maritime internationale (OMI) et le gouvernement de la République populaire du Bangladesh dirigent conjointement un projet intitulé "Safe et le recyclage des navires écologiquement rationnelle au Bangladesh – Phase I" (en abrégé SENSREC projet – Bangla desh).

Le projet, destiné à améliorer la sécurité et les normes environnementales au sein de l'industrie du recyclage des navires du pays, se compose de cinq lots de travaux portant sur ce qui suit :
  • Deux études évaluant l'impact économique et environnemental du navire recyclage industrie au Bangladesh ;
  • Une évaluation des conditions existantes et des besoins pour la gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux, y compris l'établissement d'un inventaire des déchets dangereux, déchets dangereux rapport d'évaluation et la sélection de conception et de l'emplacement des infrastructures préliminaire pour une installation de stockage, de traitement et d'élimination des déchets dangereux ;
  • Recommandations sur le renforcement One-Stop Service du gouvernement, dans lequel tous les ministères avec une responsabilité pour expédier recyclage (par exemple, Industries, environnement, travail, expédition) offrent un point unique de contact pour les questions connexes ;
  • Un examen et une mise à niveau des formations existantes sur l'hygiène, de sécurité et de questions environnementales et à l'essai le nouveau matériel de formation ; et
  • L'élaboration d'un projet détaillé du document pour un éventuel projet de suivi à mettre en œuvre les recommandations de la phase I.
À long terme, le projet aidera l'industrie à finalement répondre aux exigences de la Convention internationale de Hong Kong sur le coffre et respectueux de l'environnement sonore de recyclage des navires, 2009 (la Convention de Hong Kong), alors que le gouvernement du Bangladesh peut être en mesure d'adhérer à la Convention.

Le financement principal pour le projet vient de l'Agence norvégienne pour la coopération au développement (Norad), tandis que le Secrétariat de Bâle, de Rotterdam et Stockholm Conventions (BRS) * prend également en charge le projet ayant mobilisé un financement de l'UE vers le package de travail lié à la gestion des matières dangereuses, qui est partiellement mis en œuvre par BRS.

Le projet est censé être gérés au sein d'un budget d'US$ 1 516 275 commençant janvier 2015 (phase I) pour une période de 18 mois. Ce montant comprend les fonds BRS d'US$ 273, 603.

Le projet est exécuté par la Division environnement marin d'OMI, en partenariat avec le ministère de l'industrie du Bangladesh. Le ministère bangladais coordonne l'entrée des ministères différents intervenants au sein du pays, tandis que l'OMI collabore également avec d'autres agences des Nations Unies pertinents, y compris le BRS, l'Organisation internationale du travail (OIT) et l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) afin d'assurer la réalisation du projet.

Un bureau de gestion de projet local, responsable de la mise en œuvre au quotidien des activités de projet local, est hébergé dans les locaux du ministère de l'industrie et est doté d'un chef de projet National et un adjoint administratif.

OMI, le gouvernement du Bangladesh, Norad et BRS travaillent vers la mise en place de ce projet depuis plusieurs années. Elle démontre un engagement important du gouvernement du Bangladesh pour améliorer la sécurité et des normes environnementales au sein de cette industrie vitale.

* Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et leur élimination, 1989 ; Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause pour certains produits chimiques dangereux dans le commerce International, 1998 ; Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, 2001.


​​
​​​
​​​​​​​​​​​​​​​​

 Related Links