Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal

Examen de l'OMI et de l'industrie de le « Année de la marin », la piraterie et le changement climatique

Briefing: 39/2010, juillet 14, 2010

"Année du marin" de l'OMI a atteint sa marque à mi-chemin, avec la récente conférence de Manille (convoquée pour adopter des amendements à la Convention internationale sur les normes de formation, de Certification et de veille des gens de mer, 1978 (Convention STCW) et son Code associé) étant la plus importante des activités incluses dans le plan d'action élaboré pour promouvoir le thème de la journée Maritime mondiale de cette année. Pour faire le point sur l'état du plan et envisager les mesures à prendre dans le reste de l'année, une réunion a été organisée au siège de l'OMI aujourd'hui, l'ordre du jour qui comprenait également l'examen des plans pour marquer le thème de la journée Maritime mondiale IMO 2011 de "piratage : orchestration de la réponse" et examiner les progrès accomplis sur les changements climatiques de l'OMI et la perspective de l'expédition.
 
Les participants à la réunion, qui s'est tenue à l'invitation du Secrétaire général de l'OMI, Efthimios Mitropoulos, étaient des représentants de la Table ronde des associations de transports maritimes internationaux (ICS/ISF, BIMCO, INTERTANKO et INTERCARGO), l'Oil Companies International Marine Forum (OCIMF), l'International Transport Workers' Federation (ITF) et la Mission aux gens de mer. La réunion assistaient également M. Marianito Roque, jusqu'à récemment le Secrétaire du ministère du travail et emploi aux Philippines.
 
2010 : année du marin
Les participants ont convenu que la Conférence de Manille a été un événement clé dans l'année civile, jusqu'à présent, représentant l'apogée des efforts visant à améliorer le régime de réglementation pour les marins. La Conférence a adopté des modifications majeures à la Convention STCW et le Code, ce qui garantit que les normes mondiales nécessaires seront en place pour former et certifier des gens de mer à exploiter sur le plan technologique avancé navires pendant un certain temps à venir (voir OMI d'information 32/2010). Les modifications de Manille contiennent des dispositions sur les heures de repos pour les hommes de quart (voir OMI d'information 33/2010), tandis que les résolutions adoptées par la Conférence incluent un sur le « année du marin » et un autre instituant 25 juin chaque année comme le « jour de marin » (voir OMI d'information 34/2010).
 
À côté de la Conférence de Manille, les participants ont noté les actions achevées ou en cours à ce jour, qui visent à satisfaire les trois principaux objectifs de l'année du marin, à savoir : sensibiliser le grand public du rôle du marin au commerce international et la société civile ; préoccupation mettant en lumière les enjeux liés aux gens de mer (y compris un traitement équitable dans le cas d'un accident maritime, la piraterie, l'abandon dans les ports étrangers et le refus de congés à terre) ; et faire des progrès dans le domaine réglementaire dans des affaires touchant des gens de mer.
Les participants ont exprimé la satisfaction avec la publicité positive en faveur des marins le thème a attiré jusqu'à présent dans le monde entier et s'est engagé à intensifier, dans leurs domaines respectifs, leurs efforts pour fournir le plan d'action afin que 2010 ferait une différence dans tout ce qui concerne les gens de mer.
 
Dans le cadre du bien-être des gens de mer, la réunion a entendu M. Roque comment la République des Philippines a mis en place un programme pour aider les marins nationaux (qui ont été retenus en otages par des pirates en Somalie) et leurs familles pendant la période après la libération, pour faire face aux traumatismes de que la captivité leur a causé. Les participants sont convenus que l'initiative philippine est un bon exemple à suivre ailleurs dans le monde, tandis que les participants informés des œuvres caritatives déjà entreprises, compagnies maritimes et les organisations de soutenir les gens de mer qui avaient été détenues en otages et leurs familles. À son tour, le révérend T. Heffer, Secrétaire général de la Mission aux gens de mer, a souligné le rôle du réseau global de la Mission des aumôniers et des bénévoles, qui ont pu venir en aide aux marins de toutes nationalités et confessions, dans le cas d'une attaque de piratage ou de tout autre événement qui pourrait avoir un impact négatif sur eux.
 
Participants se sont félicités des mesures prises jusqu'à présent par les différentes parties concernées et s'est engagé à continuer à promouvoir les objectifs de l'année du marin et pour utiliser la célébration annuelle de la 25 juin comme une opportunité pour améliorer le statut et la sécurité des gens de mer.
 
2011 – "piratage : orchestration de la réponse"
Les participants ont confirmé leur volonté de contribuer à la promotion du thème pour la journée Maritime mondiale 2011, « piratage : orchestration de la réponse ", tel qu'approuvé par le Conseil de l'OMI le mois dernier.
Le thème des liens vers l'année du marin, en ce qu'elle traitera directement l'impact de la piraterie et de vols à main armée contre des navires sur les marins et leurs familles. On s'attend à être davantage l'accent sur les programmes, telles que celles décrites par M. Roque.
 
La réunion a examiné les activités possibles vise à régler un certain nombre d'objectifs étant inclus dans un plan d'action pour l'année, tels que :
 
-augmenter la pression au niveau politique (y compris au Conseil de sécurité de l'ONU) pour trouver une solution au problème somalien et de faciliter et d'accélérer la libération des otages. Appelant l'attention du monde sur la situation inacceptable des tous ceux détenus par des pirates-gens de mer, pour l'essentiel – et, ce faisant, créant une demande dans le monde entier pour l'action de leur libérer ferait partie de l'objectif et, à cette fin, les participants sont convenus de faire une approche commune de l'OMI et de l'industrie auprès des Nations Unies ;
-renforcer les domaines de la protection des personnes et des navires à voile bien infesté de piratage en améliorant constamment les directives à l'industrie ; promouvoir des niveaux encore plus élevés de soutien de marines ; et des soins pour ceux qui ont attaqué ou détourné par des pirates et de soutien à leurs familles ;
-s'assurer que les navires sont au courant de comment accéder la protection navale disponible, et qu'ils mettent en œuvre la prévention recommandée, évasive et défensive mesure efficacement ;
-promouvoir la coopération entre et parmi les États, les régions et les organisations à réduire les risques d'attaques sur les navires par le biais de partage de l'information ; coordination des efforts civils et militaires ; et les initiatives régionales, telles que le Code de conduite de la Djibouti ; et
-renforcer les capacités des États concernés à décourager, à interdire et à traduire en justice ceux qui commettent des actes de piraterie et de vols à main armée contre des navires, ce fait application de la Loi maritime amélioration et la sauvegarde de la vie en mer. Et, tout en ce faisant, aider à s'attaquer Qu'aux causes profondes de la piraterie par le biais de la fourniture d'une assistance aux États pour le développement de leurs capacités maritimes et la protection de leurs ressources maritimes.
 
Les participants ont exprimé un appui solide pour les actions du Secrétariat de l'OMI avait inclus dans un plan d'action provisoire pour 2011 et s'est engagée à apporter une contribution pour permettre la finalisation du plan avant la fin de l'année afin qu'il peut commencer à être mis en œuvre dès que possible. En particulier, les représentants de l'industrie a accepté sur l'importance de la nécessité de s'assurer que les exploitants de navires et le personnel du navire était pleinement conscient des orientations existantes sur la prévention des attaques de piraterie et comment faire face à une attaque, une fois qu'elle a eu lieu.
 
Les participants sont convenus que la mise en œuvre du Code de conduite Djibouti tout au long de 2011 (avec la création du Centre régional de formation de Djibouti et Centres nationaux de partage des informations au Kenya, la République-Unie de Tanzanie et l'Yémen) serait cruciale pour aider la région à lutter contre la piraterie.
En Somalie elle-même, renforcement des capacités maritimes s'attacherait à aider le pays à potentiellement développer sa propre capacité de force ou de la garde côtière surveillance côtière, tandis que l'OMI continuerait à travailler avec d'autres organisations qui participent à l'Organisation des Nations Unies de niveau, y compris le Conseil de sécurité, le Bureau politique des Nations Unies pour la Somalie, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le Crime (ONUDC) et d'autres.
 
Questions de changement climatique
Les participants ont noté les progrès réalisés par l'OMI dans la mise en place d'un régime complet de réglementation visant à limiter ou à réduire les émissions de gaz à effet de serre par les navires, grâce au travail de l'environnement Protection Comité marin à élaborer et à adopter les normes, les mesures et les mécanismes nécessaires à cet effet.
 
Représentants de l'industrie corps ont confirmé qu'ils continueraient à soutenir l'OMI dans ses travaux sur le changement climatique par le biais de différentes actions, y compris celles visant à promouvoir les travaux de l'organisation sur les mesures techniques, opérationnelles et axée sur le marché ; et aussi à MEPC 61 (27 septembre au 1 octobre), en vue de réaliser des mesures proportionnées, équilibrées et réalistes.
 
Aussi, ils se sont engagés à soutenir le résultat du MEPC 61, lorsque présenté à la réunion des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) (COP 16), qui doit se réunir à Cancún, au Mexique, du 29 novembre au 10 décembre 2010.

________
 
L'OMI, l'Organisation Maritime internationale – est l'institution spécialisée des Nations Unies chargé de la sécurité et la sécurité du transport maritime et la prévention de la pollution marine par les navires.
Site Web : www.imo.org
Pour plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Lee Adamson, directeur des Services d'Information publique sur 020 7587 3153 (media@imo.org )
Natasha Brown, responsable des Relations extérieures sur 020 7587 3274 (media@imo.org ).
 

___

IMO – the International Maritime Organization – is the United Nations specialized agency with responsibility for the safety and security of shipping and the prevention of marine pollution by ships.

Web site: www.imo.org

Photo collection:
Flickr: http://www.flickr.com/photos/imo-un/collections

Join us on our social media sites:
Facebook: http://www.facebook.com/imohq
Twitter: http://twitter.com/imohq you can also find us: @imohq
YouTube: http://www.youtube.com/user/IMOHQ

For further information please contact:
Lee Adamson, Head, Public Information Services on 020 7587 3153 (media@imo.org)
Natasha Brown, Media and Communications Officer on 020 7587 3274 (media@imo.org).