Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal

Skip Navigation LinksDefault En savoir plus

Skip Navigation LinksIMO / French / Centre de presse / En savoir plus

En savoir plus

 

​​
 

Journée des gens de mer - 25 juin 2018

 

 

Chaque année, l'OMI célèbre la Journée mondiale de la mer. Cette dernière est l'occasion d'attirer l'attention sur l'importance de la sécurité des transports maritimes, de la sûreté maritime et du milieu marin, mais également de mettre l'accent sur un aspect particulier des travaux de l'OMI. Un thème est attribué à chaque édition, lequel est repris dans l’ensemble des travaux de l'OMI tout au long de l'année. La Journée est habituellement célébrée lors de la dernière semaine de septembre, même si les gouvernements du monde entier ont la possibilité de retenir la date de leur choix.

 

 

En tant que membre de la famille des Nations Unies, l'OMI œuvre activement à la réalisation du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et de ses 17 objectifs de développement durable.

 

 

La question des détritus marins est extrêmement problématique pour nos océans. L'Organisation maritime internationale (OMI) et d'autres acteurs ont toutefois pris des mesures pour faire face à ce défi.

 

 

Le principal objectif de la Convention visant à faciliter le trafic maritime international (Convention FAL), adoptée en 1965, est de faire en sorte que les transports maritimes soient aussi efficaces que possible, fluidifiant ainsi le passage des navires, des cargaisons et des passagers dans les ports.

 

 

La Convention BWM est entrée en vigueur le 8 septembre 2017. Dans cette section, l'OMI répond aux questions fréquemment posées sur la Convention BWM et ses dispositions, et explique ce que son entrée en vigueur implique pour les transports maritimes internationaux.

 

 

L'OMI a lancé un tout nouveau site Internet réservé aux enfants. Celui-ci propose une animation réalisée spécialement pour l'occasion dans laquelle sont présentés les travaux menés par l'Organisation pour protéger le milieu marin et l'atmosphère.

 

 

Le Recueil sur la navigation polaire vise à assurer la sécurité de l'exploitation des navires dans les eaux polaires et la protection du milieu polaire. Entré en vigueur le 1er janvier 2017, le Recueil traite des risques qui existent dans les eaux polaires et qui ne sont couverts par aucun autre instrument.

 

 

Le rôle des ports est de garantir la fluidité du commerce maritime international. Cette question a été débattue dans le cadre d’un événement spécial qui s'est tenu le 11 juin dernier au siège de l’OMI, à Londres. Celui-ci a été suivi, les 12 et 13 juin, d'un colloque sur la sûreté des opérations portuaires.

 

 

En tant qu’institution spécialisée des Nations Unies chargée de prendre des mesures pour améliorer la sécurité et la sûreté des transports maritimes internationaux et de prévenir la pollution des mers par les navires, l’Organisation maritime internationale (OMI) joue un rôle absolument essentiel pour favoriser la réalisation de l'Objectif de développement durable 14 (ODD) – « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ».

 

 

L’OMI continue de participer activement à la lutte mondiale contre le changement climatique, et a adopté des mesures obligatoires visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant du secteur des transports maritimes internationaux, en vertu du traité de l’OMI pour la prévention de la pollution (MARPOL).

 

 

Deux principaux Prix sont décernés par l'OMI chaque année : le Prix de l'OMI pour acte héroïque en mer et le Prix maritime international.

 

 

La Convention SNPD est la dernière pièce du puzzle pour veiller à ce que les victimes d'un sinistre aient accès à un régime de responsabilité et d'indemnisation complet et international.

 

 

50 années de collaboration entre les gouvernements et le secteur maritime ayant permis de réduire les déversements d'hydrocarbures par des navires de façon spectaculaire et durable, de mettre en place des systèmes efficaces de préparation et de lutte en cas de déversements d'hydrocarbures, et d'établir un mécanisme global d'indemnisation des victimes.

 

 

La Convention sur la gestion des eaux de ballast de l’OMI vise à empêcher la propagation des espèces aquatiques envahissantes et potentiellement nuisibles dans les eaux de ballast des navires. Les navires sont tenus de gérer leurs eaux de ballast de façon à ce que tout organisme aquatique et agent pathogène soit éliminé ou rendu inoffensif avant que les eaux de ballast ne soient déchargées dans un nouvel emplacement.

 

 

Découvrez la contribution de l’OMI aux efforts de la communauté internationale pour faire face à la question des mouvements migratoires mixtes dangereux effectués par mer qui, chaque année, met en péril plusieurs centaines de milliers de vie.

 

 

La déclaration de la masse brute exacte d'un conteneur empoté est indispensable à la sécurité maritime. Les nouvelles prescriptions relatives à la vérification de la masse brute d'un conteneur empoté, qui entreront en vigueur au 1er juillet 2016, visent à s'assurer que la masse déclarée reflète véritablement la masse brute du conteneur empoté, afin d'éviter toute lésion corporelle, dommage à la cargaison, perte de conteneurs, etc.

 

 

L’OMI a adopté un ensemble complet de règles relatives à la sécurité des navires à passagers, lesquelles s’appliquent notamment aux navires de croisière et aux transbordeurs à passagers.

 

 

Le Programme de l'OMI pour l'intégration des femmes dans le secteur maritime vise à améliorer la représentativité des femmes au sein de cette même industrie. De même, l’OMI soutient la création d’associations régionales pour améliorer la place des femmes dans le secteur maritime et encourage les États Membres de l'OMI à ouvrir les portes de leurs instituts maritimes afin que les femmes puissent être formées aux côtés des hommes.

 

 

Connaissez-vous une personne qui mériterait de recevoir le Prix de l'OMI 2018 pour acte héroïque en mer ?

 

 

L’OMI fait face aux menaces pour la sûreté maritime, comme les actes de piraterie par exemple, en élaborant des règles et recommandations par le biais de son Comité de la sécurité maritime (MSC), de son Comité de la simplification des formalités, et de nombreux travaux de renforcement des capacités.